ALEXANDRE BURROWS VEUT AMENER LE HOCKEY BALLE AUX JEUX OLYMPIQUES

Par Benoît Rioux-jeudi 26 Avr 2018

«Ce serait aux Jeux d’été et disons qu’en 2028, on trouve que ce serait réaliste, surtout que ça va avoir lieu à Los Angeles», a indiqué le joueur des Sénateurs d’Ottawa, lors d’une entrevue téléphonique avec l’Agence QMI.

En compagnie de son associé Paul Roy, Burrows a effectué un pas dans la bonne direction en annonçant récemment la création de l’Association des joueurs de hockey balle de l’Amérique du Nord.

«On veut que le sport soit reconnu et avant d’arriver aux Jeux olympiques, l’objectif est de développer le sport en Amérique du Nord et d’amener une crédibilité à la discipline», a noté Burrows.

Deux sports différents

Il demeure quand même curieux d’imaginer que certains hockeyeurs de renom puissent un jour participer aux Jeux olympiques en été, alors que les joueurs de la Ligue nationale (LNH) avaient été laissés à l’écart pour les Jeux d’hiver de Pyeongchang plus tôt cette année.

«On parle de deux sports complètement différents, est venu toutefois préciser Burrows. Je jouerais un match avec mes « chums » de hockey balle contre des vedettes de la LNH et on aurait le dessus. C’est sûr que certains joueurs de la LNH seraient capables de s’adapter, mais le hockey balle reste bien différent que le hockey sur glace.»

«L’exécution est tellement importante et aussi les transitions entre les zones défensive et offensive.»

Parmi les joueurs actuels de la LNH, Burrows raconte qu’Andrew Shaw, du Canadien de Montréal, excelle au hockey balle. Le joueur des Sénateurs a pour sa part lui-même aidé le Canada à remporter l’or aux Championnats du monde de 2003 et de 2005, étant à chaque fois nommé le joueur par excellence du tournoi.

Devancer d’autres disciplines

Dans sa quête visant à intégrer le hockey balle aux Jeux olympiques d’été, Burrows fait preuve d’optimisme, mais demeure toutefois réaliste.

«On sait qu’on ne défilera pas le tapis rouge devant nous, a-t-il illustré. Mais on a un bon groupe et on s’associe à d’autres gens du milieu aux États-Unis pour aller de l’avant. Moi, je suis complètement optimiste. Le hockey balle est excitant et ce serait intéressant visuellement pour la télévision lors des Jeux olympiques. Mais pour aller aux Olympiques, va falloir se battre contre d’autres disciplines comme le hockey sur gazon ou l’escalade.»

L’escalade sportive compte effectivement parmi les cinq sports ajoutés par le Comité international olympique au programme des Jeux de Tokyo, en 2020, avec le baseball/softball, le karaté, le skateboard et le surf. Tous les espoirs semblent permis pour Burrows et les autres fervents de hockey balle.

*************************************

Avenir incertain chez les Sénateurs

À 37 ans, le Québécois Alexandre Burrows a encore une année à écouler à son contrat avec les Sénateurs d’Ottawa, mais il est le premier à avouer que son avenir avec l’équipe semble plutôt incertain.

«Pierre Dorion a mentionné que l’équipe était en reconstruction et qu’il voulait plus de jeunes, a ainsi indiqué Burrows, en rappelant certains propos du directeur général des Sénateurs au moment de tracer le bilan de la dernière saison. Je suis réaliste face à la situation dans laquelle se retrouvent les Sénateurs, j’ai 37 ans et toutes les situations sont sur la table.»

«Je ne m’inquiète pas trop, je vis bien avec ça, a toutefois ajouté Burrows. C’est plus difficile pour un jeune qui est en début de carrière, mais c’est certain que je veux continuer de contribuer. Je peux encore apporter beaucoup à une équipe.»

À la défense de Guy Boucher

Si son futur paraît vague, Burrows se retrouve dans une situation semblable à celle de l’entraîneur-chef des Sénateurs, Guy Boucher. À titre personnel, l’attaquant québécois admet se sentir un peu mal pour Boucher, expliquant que tous les joueurs sont responsables de la mauvaise saison des Sénateurs.

«C’est injuste quand une seule personne doit prendre le blâme, a dit Burrows. Guy est un passionné, il est bien préparé et il veut gagner plus que n’importe quel entraîneur.»

Les Sénateurs ont indiqué qu’aucune décision n’avait été prise concernant Boucher et qu’on devait compléter le processus d’évaluation avant d’annoncer son retour ou non derrière le banc de l’équipe.